Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Le légitime tient de l’immanence, étant un dévolu, une prérogative de l’essence humaine à définir le tolérable, le bon, le désirable tel le bien-être, la liberté, l’estime de l’individu par l’ordre social... Le légitime est donc ontologique alors que le légal est strictement social et précise les droits et devoirs des individus. Quant aux lois cosmiques encore dites lois de la nature, telles la respiration du vivant, la gravitation universelle, la génétique…, elles sont principielles c'est-à-dire principes déterminant les normes du fonctionnement de la nature.

 

Le légitime renvoie au proprement humain, à ce que tous doivent à tous, étant la sphère des dus humains, alors que le légal relève des structures sociales du relationnel sacré ou séculier interactif et administratif. L’on comprend l’aberration, montagne d’idioties, de ceux qui défendent dictatorialement le statu quo en accusant quiconque critique l’ordre du monde de « conspirationnistes attaquant le système établi où il vit »! Car c’est au système de devenir légitime en servant les besoins de liberté, d’élévation et de bien-être de l’homme. C’est comme si le système tenait du légitime et n’était pas totalement artificiel, extérieur à la nature humaine! Comme si ledit système actuel ne s’était pas imposé par la force! Comme si même au cas d’acceptation collective d’un ordre sociopolitique et économique, l’entendement humain, dans sa quête légitime du meilleur - car la tendance méliorative fait figure de démarche légitime de l’homme - n’avait pas le droit de le remettre en question et de le changer s’il s’avère néfaste ou lacunaire. Mais pour les crapules et les aliénés peuplant la grande fourrière systémique, un statu quo fort et dominant devient loi sacrée et mérite obéissance au point de primer voire d’effacer toute la sphère du légitime! L’on comprend pourquoi le monde peuplé des multitudes de ces soumis ayant renoncé au légitime pour les subterfuges légaux des oligarchies, demeure malgré ses horreurs humainement illégitimes! Car lorsque les foules s’introjectent l’ordre du mauvais par servitude du légal, il n’y pas de place pour la juste révolte révolutionnaire et alors, seule l’insidieuse obédience réactionnaire prévaut.

 

Le légitime en tant que ce qui revient à la nature humaine, doit toujours avoir préséance sur la loi, sinon, c’est l’effacement de l’humain pour le sociétal et ses abus. Toute loi qui abat ou bafoue le légitime, doit être considérée inhumaine et inapplicable car le légal doit être sans cesse ajusté et réajusté pour le plus grand seuil de justice et déquité possible dans la société, pour correspondre le mieux possible au légitime.

 

La pire des manipulations survient quand des tenants du pouvoir social et des profiteurs des privilèges systémiques de la société confondent idéologiquement le légal et le légitime pour éluder de rendre leur dû aux peuples tout en leur imposant des exigences dites légales.

 

Force est de préciser que le légitime en matière de pouvoir politique, désigne la qualité de gouvernance, c’est l’axiologie juste et humaniste qui fait la moralité vraie et confère son sens au vocable d’autorité morale.

 

En politique, le légitime est la vérité des valeurs morales actives dans l’exercice du pouvoir par les autorités légales. 

 

Malheureux et infâme que l’ordre du monde où tout le légitime - ce primat de l’humain sur les structures économiques - est paillasson piétiné par quelques-uns s’octroyant une légitimité artificielle selon des codes de lois et élections totalement inaptes à garantir les moindres vrais droits légitimes des innombrables majorités!

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0