Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Vaut mieux l’affrontement final au prix de l’abandon et de la solitude plutôt que de se déchoir soi-même en se soumettant à un agresseur, un hégémoniste pour ses aides piégées paternalistes. Car l’hégémoniste à qui l’on résiste pour se soumettre ensuite ne voudra rien faire sans humilier le rebelle abdiquant nouvellement soumis, pour montrer à tout importun la victoire inéluctable de son pouvoir dominateur.

 

Tsipras devait savoir que l’humiliation est la méthode de l’hégémoniste pétri dans l’art de dissuader d’autres rébellions des victimes de son hégémonie. Pourtant, Tsipras faisait l’histoire, pouvait et avait tout pour s’y maintenir en gloire, mais peu confiant en la lutte et la capacité de résistance du peuple, il a confié aux contempteurs de son pays, de l’ostraciser de l’histoire, cet édifice que bâtissent les hommes souverains de leurs actes politiques et que subissent les veules! Nous comprenons que désormais Tsipras subit l’histoire, cherchant à y cheminer par les fentes et les caves comme des insectes et des rats. Quand on ose prendre le pouvoir au nom de la résistance en situation critique, ce, à forte alerte de l’opinion publique planétaire qui répond par son soutien, pour ensuite se vautrer dans la reptation, on n’est rien, même pas un traître, mais jouet utilisé par le dominateur dédaigneux comme un enfant malappris jouant avec des mouches. En s’alliant avec ses adversaires politiques contre son propre parti pour plaire aux agresseurs de son peuple, Tsipras est la honte de toute l’Europe des déclassés de l’économie capitaliste, le complice des bourreaux du peuple grec, le cauchemar de tous les peuples qui résistent aux injustices de l’ordre mondial.

 

La reddition de l’individu seul est lâcheté compréhensible quoique répréhensible, celle du politicien élu dirigeant et en charge est un crime contre la nation, une avanie contre le peuple. Nous saisissons alors que c’est la révolution seule qui garantira un renouveau pour les peuples car les élections sont devenues dans bien des cas, le moyen politique pour les tyrans économiques de l’ordre mondial, ces despotes systémiques des nations, de se cacher derrière des élus qu’ils manipulent voire réifient contre leurs électeurs, leur peuple une fois au pouvoir.

 

Je ne peux ne pas me rappeler Zelaya au Honduras, cet homme politique vertical qui - sachant que la seule félonie du pouvoir est de pactiser contre le peuple avec des oligarchies - a choisi, lui le riche, bien qu’élu sous une bannière de la droite réactionnaire, de poursuivre l’amélioration du sort des masses honduriennes en appliquant une politique économique en faveur desdites masses pauvres de son pays plutôt que pour les puissances mondiales ou leurs alliés sur place. D’où le recours au coup d’État connu des Usa pour empêcher cet ami du peuple d’exercer son mandat. Tsipras est l’anti-Zelaya extrême et répulsif.

 

Tsipras doit démissionner pour que le peuple grec puisse envisager des perspectives plus saines, plus humaines. Les amis de la démocratie, tous ceux pour qui comme nous, prime la dignité des peuples sur les diktats de la finance et les mufleries des oligarchies mondiales, attendent que Tsipras démissionne pour sa propre cohérence mais aussi pour désencombrer la voie au peuple humilié dont il aggrave l’humiliation.

 

Comme je le dis toujours:

C’est dans les situations critiques que se révèle l’état des consciences, le profil noble ou misérable des caractères.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept, #Actualité

Partager cet article

Repost 0