Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

L’iscariotisme est le principe de déchéance félonne incarné par Judas, le traître pourtant bien éduqué qui vend pour quelques pièces son enseignant, rejetant ainsi, la lumière de la connaissance par appel compulsif de ses ténèbres intimes où il tue son humanité prostituée à lordre sociétal macabre acheteur de sa félonie. L’iscariotisme est la manière du marchandage social qui réduit l’humain en chose du social par la trahison de soi et de l’humanité en général pour de vils intérêts idéologiques des groupuscules du pouvoir.

 

On ne trahit pas autrui et les grands principes sacrés ou humains sans s’être longtemps trahi soi-même, sans avoir basculé dans un automarchandage où l’on se considère vendable-achetable. C'est une autre forme de la simonie où la chose sacrée est remplacée par l'homme auto-réifié; il est bon de se rappeler ici l’anathème de l’apôtre Pierre à Simon le Magicien, cette irrévérencieuse crapule qui croyait pouvoir lui acheter les grâces du Paraclet : «périssent avec toi, ton or et ton argent ».  

 

Se vendre, vendre autrui, est en soi l’antithèse de toute humanité, parangon abject et extrême de la déchéance dans l’abomination existentielle d’un rapport malsain à soi-même.

 

Le personnage de judas traître du Maître dont il feignit d’être le disciple est le visage grimaçant et macabre de l’automarchandé qui se fixe un prix selon lequel, il est prêt à se vendre. On connaît la suite, le remords, le suicide de cet immonde traître vendeur de cause et félon de la Plénitude humaine incarnée par le Christ. Judas est allé rendre largent reçu pour sa félonie à la prêtraille sans pour autant comprendre que c’est sa vision matérialiste qu’il lui eût fallu combattre pour une conversion radicale et victorieuse; c’est pourquoi il préféra le suicide par lâcheté métaphysique, se rendant à sa peccabilité. Quand l’homme ne veut pas se convertir humblement en reconnaissant que lui-même comme n’importe qui peut tomber très bas mais que toujours il doive se battre par la foi pour se relever, il n'y a, en effet, plus de possible retour en arrière pour lui. Quand on a consommé lautoréification de son humanité pour des rudiments mondains, pour quelques devises à effigie, fussent-elles des milliards de billets ou de pièces, et quon garde la même vision du charnel psychologique, le remords ou la répugnance devant une telle déchéance nengendre pas la repentance et n’est point de la conversion, mais la pulsion de mort, le thanatos du déchu courant au suicide. Suicide physique dans le cas de Judas mais surtout reddition à la dénaturation qui est suicide métaphysique, autodestruction de l’esprit.

 

La désespérance devant nos défauts, nos chutes, nest ni vertu ni humilité mais couardise et orgueil à rebours.

 

Soit dit en passant que le remords n’efface jamais le désespoir et la mésestime haineuse de soi chez le criminel se voyant sale à ses yeux, se sentant puant en sa conscience. Le remords n’est que l’esquintement mental qui court-circuite la repentance. Seule la repentance sauve de la chute du remords suicidaire par la reconnaissance de ses torts à dépasser et la résolution de changer.

 

L’on comprend donc le suicide de judas comme mode d’auto-anéantissement de l’homme… À côté de sa déchéance métaphysique, sa souillure de toute sorte, sa laideur ontologique, Judas, par son mode d’agir, est l’image extrême d’une société de marchandage de l’humain où les individus sont sommés de se vendre et de trahir leur conviction, leur transcendance pour quelques avantages matériels au mépris de l’humain en eux.

 

Contre l’iscariotisme et l’automarchandage humain

 

Pour aller au-delà du marchandage social de l’individu, il faudrait un changement radical de l’ordre du monde. Force est de remarquer qu’un communautarisme vrai et sans idéologie groupusculaire pourrait diminuer de beaucoup les risques de l’iscariotisme. Car si le capitalisme ne vit que des crasseries de ce type de rapports sociaux déshumanisants où tous se vendent, toute société à grands privilèges de fonction de pouvoir, risque de l’entretenir vu que les faveurs des privilégiés sont précisément des motivations fortes à la flagornerie, la prostitution et l’automarchandage.

 

À l’humanité de créer un autre mitsein social qui minimise radicalement les possibilités de prépondérance de groupuscules de privilèges, car tout grand privilège décideur accordé à des particuliers les portera à être corrupteurs, à être instigateurs d’iscariotisme chez les gouvernés par encouragement de l’automarchandage, de la félonie de soi et d’autrui.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0