Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche
 
 
 
 
On sait déjà que la vérité est tributaire des repères et ensembles où elle s’insère. Qu’elle est aussi dépendante des méthodes qui la recherchent et mettent à jour. Ainsi, les domaines de connaissance ont chacun leur approche de la vérité selon ce qu’ils veulent savoir, selon l’heuristique poursuivie. Et même, il arrive qu’une discipline en soi - les mathématiques par exemple - nous dévoile la multiplicité de la vérité : ce qui est vrai dans « N » ne l’est pas dans « Z ». En philosophie, Frege nous a bien illustré par sa logistique, le multicritère multiréférentiel aléthique d’un même objet. Par delà les englobants gnoséologiques, la modalité aléthique inhérente à leur méthodologie, il est à notre perception de la chose deux grandes configurations de conception du vrai, que sont le véridique et le véritable.
 
 
Le véridique tient de l’étant, de l’existence démontrable et tangible. Le véritable concerne l’être dont il réfère à la substance à ce qui détermine la nature et est intangible, au-delà de la mensuration.
 
 
Le véridique est essentiellement le champ de l’objectif, de l’étant posé en objet. Le véridique se contente d’être du constatable vérifiable, ce qui est et qui n’est point un mensonge. Mensonge, cest-à-dire ce qui est inventé juste par les mots pour tromper mais qui n’a point d’existence. L’existence est donc l’opposé de l’artificieux qui  façonne un récit fictif, désincarné, un montage de chose imaginaire inexistante pour tromper. La corporéité d’un étant matériel ou idéel, structurel ou culturel  est précisément ce qui rend véridique son évocation. Le véridique est donc l’évocation du statut d’un étant comme présence effective au monde. 
 
 
Le véritable est par delà l’objet, la scrutation de la substance. Le véritable ne se saisit qu’en contournant le camouflage des apparences porteuses de tous les camouflets de la tromperie et de l’ignorance du monde. Le véritable est le domaine exclusif du dispensateur des essences qu’est Dieu. Autant l’essence est la vérité de l’être, autant Dieu, Être-Étant qui dessine et définit les essences est la Vérité. C’est précisément dans ce sens que le Christ a dit « Je suis la Vérité » c'est-à-dire Verbe de Celui qui établit et détermine la vérité de tout en tant que Créateur Fondateur de l’essence de la nature des catégories d’êtres répartis entre les étants matériels qui constituent l’univers et les étants paracosmiques immatériels. 
 
 
CAMILLE LOTY MALEBRANCHE
 

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0