Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche
 

 

 
Il est au moins quatre grands espaces du sens, qui sont des champs du rapport de l’homme à lui-même, à lunivers et à l’absolu. Domaines donc générant et englobant toutes significations possibles que les hommes se trouvent à eux-mêmes et aux choses. Domaines de la compréhension des signes et de production des symboles ces deux vecteurs de l’appréhension herméneutique et de la préhension représentationnelle de l'univers qui transforment celui-ci en monde. L’expression, l’administration, la législation et le transcendant.
 
Tous ces domaines visent à l’orientation de l’action selon des représentations et des projections qu’y font la conscience et l’entendement humains.
 
L’expression est sans doute l’un des plus courants modes de manifestation du sens par l’être humain. La langue, l’art, les symboles sont des manières de communication et de représentation à travers quoi la conscience humaine se présente et présente le monde. Car pour présenter, il faut être, jévoque ici lêtre du présentateur, et il doit y avoir au moins un étant à insérer dans les vecteurs langagiers de toutes sortes qui permettent sa présentation, sa transmission aux interlocuteurs. Et c’est précisément par le même vecteur d’appréhension voire de création du communicateur que se corse et se transmet la présentation de l’être. Ainsi, toute présentation est précédée peu ou prou par la représentation mentale et le langage propre au présentateur. Le sens, à ce stade, est tout entier fondu dans l’expression et ses moyens utilisés par le communicateur. 
 
L’administration est ce champ où trône le sens en tant que gestion du présent et prospective selon les attentes humaines. Elle est tient tant de l’individuel que du collectif; c’est la sphère de la projection temporelle, profane où l’homme conduit son existence terrestre pour atteindre des buts temporels. Que ce soit au niveau de la famille ou de la société globale, l’administration est ce domaine du sens rationnel pratique et l’un des ancrages du principe d’autorité. Autorité comme reconnaissance des facultés dirigeantes pour la meilleure des voies et orientations en direction des buts visés. L’administration est le sens assumé par l’action finalitaire dans le rapport au temps et aux choses gérées. Elle englobe la politique, domaine du sens public des sociétés humaines et l’organisation de la conduite individuelle dans le social dans le rapport au social c'est-à-dire aux structures, aux codes institutionnels, mais aussi dans  la gérance des ressources personnelles.
 
Ce domaine du sens qu’est l’administration est grave quant à ses implications dans les vies individuelles et collectives. Et, dans un système où tout est réduit à une sorte de cybernétique structurelle, l’homme est relégué au stade de simple patient subissant le super-agent qu’est le système politique imposant aveuglément les diktats de l’ordre socioéconomique. 
 
La législation renvoie à l’éthique et à la morale. C’est le champ de la loi comme injonction propre au fonctionnel et du principe comme mode de vie inhérent à la véritable nature humaine. Les deux résident aux sphères du jugement respectivement au niveau social et sacré. Car si l’éthique se borne à enjoindre, la morale transcende en temps et lieu les codes pour voir l’essence humaine et sa vocation non astreignable à aucune rigidité. La loi et le principe se distinguent respectivement par leur immanence et leur transcendance de leur domaine. La loi est platement pratique mais le principe est repère permettant l'interprétation et l’orientation de la pensée pour le savoir et l'action. La loi, extrêmement diffusive, est la chose de tous ceux qui sont du domaine où elle régit par ses règles l’agir tant du sachant que du non sachant; alors que le principe s’adresse au sachant qui interroge et vit dans son for intérieur la vérité principielle. 
 
Le transcendant est littéralement métaphysique car même non religieux et non eschatologique, il est le champ de la relation du vivant humain avec le sens de sa vie. Ainsi, le grand art, la spiritualité se retrouvent au moins par le regard méditatif du sens ontologique de l’humain, du cosmique, du divin par la conscience. C’est par excellence le schème du rapport de l’homme à l’être et du destin supraterrestre de l’humain. Ici que ce soit par la religion ou par la déréliction, l’individu pointe le sens non du monde ou de la chose mais de son être. Dans cette perspective, l’intuition, la révélation, la religion en ce que celle-ci a de fondamental, cest-à-dire cette liaison intérieure avec un au-delà de soi, ou au contraire, une assumation de l’athéisme dans un don à la temporalité, un abandon total au fini, sont la forme transcendante du sens tel que perçu par les consciences, où ledit transcendant confère à l’homme le goût de vivre et d’agir.
 
L’homme, comme nous l’avons déjà précisé, est de toutes les créatures animales, l’unique conscience transcendante porteuse d’un sens non organique, non de simple instinct de vie somatique, sociale ou de reproduction, en ce qu’il établit des codes et principes de l’interprétation et de la représentation qui donnent signification à sa présence au monde, au mystère de l’être et à l’interaction complexe, institutionnelle ou informelle des membres de sa société.
 
 
CAMILLE LOTY MALEBRANCHE
 

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0