Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche



 

 

L’abstrait est la perception intérieure, champ du sentir mental et subconscient. L’abstrait est donc en soi un monde, une dimension qui ne souffre pas d’être réduite en corrélat nécessaire du concret.


L’abstrait n’est pas un plan en creux pour l’érection du concret en relief. L’abstrait est le domaine autonome de la vision intérieure, de la sensibilité insensorielle qui s’exprime selon la logique et le langage idéels de l’esprit pleinement conscient en situation méditative, réflexive et cognitive.


Le concret, en sa nature propre, est duel en tant que schème évocateur du palpable. De fait, le concret relève soit du champ matériel soit du domaine sentimental. Car si les idées de choses ou de situations peuvent être rendues concrètes par leur réalisation matérielle, les états sentimentaux, sans être matériels, ne sont pas moins concrets en tant qu’ils se manifestent à travers les affects, les représentations et leur expression dans le comportement. D’ailleurs, les sentiments comptent parmi les appels les plus forts qui déterminent les humains. Il est de fait beaucoup plus facile de transcender le contexte logique d’une condition matérielle telle la richesse, la pauvreté, l’exil que le déclenchement pulsionnel d’un sentiment comme l’amour, la haine, le mépris...



ABSTRAIT ET VÉRITÉ


L’abstrait est une esquisse de la vérité non phénoménale, un mode de regard des essences, une manière de vision du substratum des faits et situations, des êtres et des étants. En métaphysique appliquée, là où la vision intérieure dans sa transcendance et profondeur insondable se donne à vivre à l’esprit avisé, l’abstrait ne se borne pas aux modalités des énoncés ni aux contours de la lubie langagière. L’abstrait métaphysique ne fait aucune abstraction du vivre et de l’effectivité de ses perçus immatériels et spirituels.


Précisément, seul l’abstrait dans ses voies supérieures - au dessus des platitudes du hic et du nunc où trône le concret et ses limites matérielles, sentimentales du faire dans les possibles situationnels - est vie profonde avec la révélation intérieure qui permet de vivre la vérité non réelle mais ontologique et suprême de la nature spirituelle et de ses intuitions du supracharnel supramondain, du divin et de l’infini. Et, même dans le profane des définitions logiques de la « réalité » humaine et mondaine, l’abstrait est ébauche de l’absolu qui permet l’horizon de l’idéal. Ainsi, la liberté, la bonté, la justice qui inspirent - à leur meilleur, l’humanité - sont toutes des abstraits en leur absoluité inatteignable, dont l’énonciation abstraite permet d’en éviter toute abstraction! En effet, seule l’abstraite proclamation de l’idéal enclenche la marche vers leur point de mire et les transforme en absolu à viser pour s’en rapprocher. Marche vers l’inatteignable qui fonde les axiologies mélioratives et donnent ici-bas un sens à la perfectibilité de l’homme en société… Car cette prétention au parfait, si jamais elle était désertée, sa désertion enrayerait définitivement, à jamais, l’homme social de son essence et de sa vérité d’animal au-delà de la bestialité, au-dessus de la simple animalité…



CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016 

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0