Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche 
 


 

La confusion est le trône de l'erreur qu'entretient l'ignorance ignorée par le sujet humain ainsi victime inconsciente qui pérennise son manque.  

 

Il n’est de confusion que par la certitude du confus d’être détenteur du sens alors qu’il baigne dans l’erreur et le contresens. La confusion est toujours une faille de conscience qui empêche la saisie de la vérité. Dans le raisonnement courant, la confusion revoie à une petite ou grosse déficience intellective dans la rigueur de la méthode employée       


Dans ce qui suit, nous ne parlerons pas de la confusion mentale qui est un syndrome de pathologie dûment étudié par la neuropsychologie.  


La confusion peut se définir comme le résultat d’un processus de désagrégation des repères logiques qui permettent l’orientation de la conscience connaissante. L’aspect le plus crucial et le plus pernicieux de la confusion, c’est cette conviction du confus, victime de sa déviance cognitive, d’être dans le vrai, de posséder la vérité. Ainsi, la confusion est le lieu de la facticité régnante par vice méthodologique ou expropriation des repères et outils d’analyse en vue du jugement.  La confusion, ce regard impropre à la vision, « ce prendre le Pirée pour un homme » ne survient que lorsque la conscience mal avisée dans sa quête définitionnelle ou herméneutique, perd les voies du questionnement efficace dans son mouvement d’exploration des paramètres qui permettraient d’appréhender l’essence de ce que ladite conscience prend pour objet. C’est donc une conséquence de la falsification phénoménale de l’objet d’analyse que la confusion. Fausseté des apparences, altération mensongère de l’aspect logique qui exhibe l’objet de la connaissance autre que ce qu’il est. Altérité déviante qui plonge l’observateur ou l’interrogateur dans l’illusion quant à sa perception. La confusion est la corruption de la perception qui, à son tour corrompt les idées élaboratrices de la conception pour produire une connaissance factice.  C’est la déstructuration de la compréhension par le postiche des éléments qui, en temps normal, caractérisent la modalité dite aléthique du jugement. 


La confusion est de tout ordre ouvert à l’illusion, la manipulation, le mensonge, l’hypocrisie ou l’imprégnation de la conscience. Le sensoriel, l’affectif, le métaphysique, le politique, l’idéologique sont tous des cibles de la confusion. L’Écriture désigne le diable comme père mythique de la confusion contre les esprits impies, mal avisés par manque de lumière spirituelle pour prévenir la malignité confondante du méchant. C’est que la confusion est impossible sans un seuil assez fort de séduction. Le travesti, le transsexuel,  la prostituée, le politicien véreux, le marchand escroc, le chef hiératique, le colon, l’impérialiste, l’hypocrite, le menteur sont  des prototypes du postiche qui trompe en confondant, en faisant croire à leur victime. C’est le pouvoir du faux semblant profitant de l’inaptitude de la conscience confuse à démasquer la finesse ludique de ce qui l’entraîne dans ses méandres falsificateurs.    


Le confus est un dérouté si esclave de sa condition d’ignorant, qu’il en devient protagoniste prosélyte prêt à imposer en fanatique le non sens qui l’agite, la vérité ténébreuse de sa conscience servile sous l’emprise de l’illusion ou du mensonge.


L’interaction entre les pays riches et paupérisés sur une planète où se côtoient au moins deux mondes aux conditions humaines décalées, diaboliquement différentes selon les politiques imposées tout au long de l’histoire, ne peuvent ne pas nous rappeler que les relations internationales et interétatiques sont un vaste de code de théorisation et de praxis pour plonger dans la confusion sur les causes de leur condition, les conquis, les colonisés, les agressés par toutes les circonvolutions de l’idéologie. Les prédateurs, les exterminateurs, les esclavagistes n’arrivent à leur fin et ne gardent leur prépondérance et leur butin tant humain que matériel qu’en confondant l’intelligence des assujettis. C’est précisément pourquoi l’occident qui est aussi le nord économique s’attelle à créer les soi disant élites intellectuelles des pays du sud qu’il domine. Façonner le mental et l’épistémè des colonisés à travers des théories politiques et économiques d’autopunition et d’adaptation au mode de fonctionnement du pouvoir des impérialistes, c’est leur ôter même la volonté de se libérer, c’est leur procurer un orgueil de guide dans les miasmes de la sujétion masquée de science et d’intelligence. Ainsi, les parasites qui esclavagisent, pillent, freinent sont devenus des références de gouvernance pour la clique servile des intellos et des docteurs de bazar que l’occident pond dans les sphères éducatives du sud pour la reproduction idéelle des codes de l’asservissement à travers une conception méliorative voire une ovation des vertus de la crapulerie des prédateurs de peuples et d’États de la planète. 


Quand la nique de l’imbécile scolarisé et programmé joue de sa servilité dans un ludique de proclamation de la grandeur des criminels autorisés qui séquestrent le monde, confondre devient l’action, l’oeuvre des larbins agents au complexe du commandeur qui aide à fouetter leur propres congénères. Il n’est pire crapule que le scolarisé, le spécialiste en mission pour les grands prédateurs de cette terre. La confusion qu’il aide à propager, signe de son aliénation ontologique, est en fait la conceptualisation létale de la haine de l’humanité accoutrée en savoir. 


Pour le reste, être confus sur sa propre condition, c’est tomber en servitude mentale et se vouer à toutes sortes d’asservissement par autrui. Dans la guerre que livrent les nantis du monde aux paupérisés, le pays du sud qui, par confusion, perçoit ses ennemis objectifs au prisme des apparences et du maniérisme, comme amis et solidaires au point de croire à ses promesses mirifiques, restera idiotement proie vile et volontaire par manque de dignité. 


Les maîtres de confusion en quelque domaine que ce soit, savent que leur hégémonie passe par leur habileté à se camoufler pour piéger en bons prédateurs les cibles de leur prédation. Gare au confus, il ne sera rien que chose des désirs du confondeur.   


La confusion vient d’abord de soi, du manque de ressources mentales et cognitives qui dégénère en déperdition logique. À des degrés ordinaires, où elle n’implique rien de vital ou d’ontologique, la confusion identifiée participe de l’erreur de parcours qui pave les voies à la connaissance, à l’enrichissement en tant qu’elle révèle des manques et faiblesses à éviter. Toutefois, la confusion qui dure et que le confus reproduit au gré du confondeur est aliénante et parfois fatal. 


La confusion spirituelle est désorientation logique, altération du jugement par faiblesse du for intérieur, absence d'intuition. 


En spiritualité, la confusion est glissement vers la perdition, l’aliénation métaphysique, sphère des déchus. Nous savons que Dieu confond le méchant en le faisant prendre à son propre piège planifié contre le juste. La confusion est donc aussi le retour maudit de l'effet sur la cause contre la méchanceté qui est en soi une confusion du méchant sur ce qu'est la vocation de l'homme. En relations humaines, la confusion draine discorde et déceptions qui font perdre foi en l’humanité. En politique tant nationale qu’internationale, la confusion est le jeu de dupes où les faibles se font avoir et égruger par les manipulateurs hégémoniques, mystificateurs séducteurs par les formes et manigances qui confondent. 



CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :